Groupes de maison


Chaque groupe de maison possède son fonctionnement ainsi que ses propres dates. Pour connaître le lieu et les dates d’un groupe de maison, nous vous invitons à prendre contact avec un responsable un dimanche matin.
La vision pour les groupes de maisons

adorateur_humains_016

Ralph Neighbour, pasteur d’une Eglise de 7000 membres à Singapour, dit ceci « L’Eglise est un peu comme une colombe. La colombe a deux ailes. S’il lui en manque une, elle ne peut voler ». D’après lui, l’une des ailes de l’Eglise, ce sont les rencontres des chrétiens dans les maisons. Ces cellules, pour Ralph Neighbour sont de véritables familles spirituelles aussi indispensables à la vie du Corps que chacune des cellules de notre organisme.
L’autre aile, c’est la réunion de toutes ces petites familles, occasion de se rencontrer pour célébrer le Seigneur et découvrir la réalité du Corps dans sa beauté et dans sa force. D’après Ralph Neighbour, l’Eglise de Jésus-Christ ne peut réellement prendre son envol s’il lui manque une de ses ailes.

Notre vision pour les cellules de maison est : grandir dans l’amour de Dieu, des frères et du monde et se multiplier, c’est l’objectif principal exprimé dans la vision de l’Eglise de Belleville. Cette vision de croissance dans l’amour pratique se reflète concrètement dans les activités suivantes :

  •   louange et intercession
  •  enseignements (études bibliques, devenir disciple…)
  •  communion, vie de famille, soins pastoraux
  •  services et ministères
  •  évangélisation, témoignage
  •  soutien d’autres Eglises locales et d’oeuvres représentées à Belleville

 

Témoignage d’un membre de groupe de maison

« Les groupes de maison se forment en général par quartier et le Seigneur nous place dans une famille que nous n’avons pas forcément choisie comme c’est le cas pour nos autres amis de l’Eglise. On y trouve donc des personnes de tous âges et venant d’horizons très différents, que ce soit sur le plan géographique (Paris, province, Antilles, Afrique, USA…), professionnel, familial (célibataires, couples, divorcés…) ou même spirituel (réformés, évangéliques, baptistes, catholiques…). Il y a là un brassage culturel qui m’oblige à aller vers l’autre, à la rencontre de sa différence : à la comprendre, à l’accepter, à en retirer quelque chose pour moi. Je m’ouvre ainsi à l‘Eglise dans sa diversité. »